Logo de la fédération nationale Vent de Colère
Lanoue-56-Morbihan-clocher-ISMH


Photos

Coup de chaud !

photo d'une éolienne qui brule

Ardèche le 30 Octobre 2009.

photo d'une éolienne qui brule

Ecosse, décembre 2011.

Coup de froid !

Photo d'une éolienne qui est gelée

ALLY le 6 janvier 2006

Risque de chute de glace autour des éoliennes sur un périmètre de 300 mètres Interdiction formelle de s'approcher par quelconque moyen.


Réagir.
Liens.
accueil-ventdecolere.php


Motion d'orientation de Vent de Colère !


« Bâti sur plusieurs contre vérités, l'éolien industriel n'a, en France, d'intérêt ni économique, ni énergétique, ni écologique, pas d'avantage social.
C'est pourquoi, compte tenu de ses multiples nuisances, nous nous opposons à tout éolien industriel, dont la seule raison d'être est l'enrichissement garanti des promoteurs, aux dépens des consommateurs et des contribuables français et au détriment des économies d'énergie, de la recherche et du développement des autres énergies renouvelables ».


Le ministre britannique de l'énergie, John Hayes, vient de dresser en une phrase le bilan de l'éolien : « Les énergies renouvelables doivent prouver à la fois leur insertion environnementale et leur performance économique.Les éoliennes ne franchissent aucune de ces deux conditions. »




La transition énergétique en France(30/7/2014)

Le projet de loi sur la transition énergétique a été présenté au conseil des ministres le 30/7/2014. Il a fait l'objet de nombreuses consultations et doit être approuvé par le parlement à l'automne 2014.

Page du site du ministère avec de nombreux liens vers le texte de loi et autres .... On notera qu'il n'est présenté aucune étude d'impact ni aucune prévision financière ...

Le résumé du journal Le Point. donne une grande lisibilité et une certaine cohérence a ce texte qui mélange l'important et l'accessoire, les mesures concrètes et les voeux pieux qui n'engagent à rien.
Le projet de loi, dans son titre V, énonce toute une série de mesures visant à assurer en 2030 une production d'électricité éolienne et photovoltaïque 4 à 5 fois supérieure à l'actuelle.
Il n'est jamais tenu compte de l'énorme consommation d'espace engendrée, des effets destructeurs sur le cadre de vie de millions de français vivant en zone rurale, sur la valeur de leurs biens, sur nos campagnes et nos espaces naturels.
Ni le coût ni les conséquences de l'intermittence de cette nouvelle production électrique ne sont sérieusement étudiées.
Il est incroyable que l'on puisse proposer une telle politique d'augmentation de la production électrique incontrôlée et outrageusement subventionnée, alors que la France est en surproduction et doit exporter son électricité à des prix très bas sur le marché européen.

Le Conseil économique, social et environnemental approuve malgré les insuffisances graves.

La Cour des Comptes est très critique sur le passé.

Nouvel arrêté tarifaire.(1/7/2014)

Malgré notre appel ci-dessous, la ministre de l'environnement a signé un nouvel arrêté tarifaire identique à celui du de 2008, invalidé pourtant par le Conseil d'état le 27 mai 2014. La destruction du cadre de vie de centaine de milliers de français, la hausse des factures d'électricité de tous, l'enrichissement de quelques uns va pouvoir continuer au nom de la défense de l'environnement !
Le communiqué de presse de Vent de Colère.
Le nouvel arrêté tarifaire du 17 juin publié le 1er juillet 2014.
L'avis défavorable de la Commission de Régulation de l'Electricité.



Recours de Vent de Colère contre l'arrêté tarifaire de 2008. (31/5/2014)


Après plus de 5 ans de procédure juridique, Vent de Colère a pu faire annuler par le Conseil d'Etat et pour la seconde fois, l'arrêté fixant le tarif de rachat de l'électricité éolienne. C’est l’action et la persistance de la Fédération Vent de Colère et de ses membres qui a permis ces avancées.

Ce combat a eu plusieurs conséquences favorables :
- il l'a associée à celle de la diminution de la CSPE, une charge fiscale qui atteint 13 % de la facture d'électricité de tous les ménages,
- il a permis de montrer que le mode de subventionnement choisi en France n'était pas conforme aux règles d'équité que doivent suivre les aides d'état dans la Communauté Européenne,
- il a freiné le développement des sites industriels éoliens en faisant hésiter, aux dires même des promoteurs, les investisseurs et les banques.

La décision du Conseil d'état.

Le communiqué du ministère de l'environnement.
Le communiqué du SER.
Le communiqué de France Energie Eolienne.

Le communiqué de Vent de Colère du 28 mai 2014.

La ministre de l'environnement à soumis à la Commission de régulation de l'énergie et au Conseil supérieur de l'énergie un projet de nouveau décret dans la ligne de l'ancien arrêté. Si ce décret repose sur les mêmes règles, il subira les mêmes critiques et devrait encourir la même censure.

L'Association Vent de colère appelle la Ministre à tenir compte de l'avis à venir de la Commission de régulation de l'énergie (CRE).
Les avis de la CRE de 2001, 2006 et 2008 pourtant circonstanciés, concernant les arrêtés tarifaires précédents avaient été écartés alors même que les objections soulevées ont été confirmées par les faits.
Nous attirons l'attention de la Ministre sur le fait que la CRE a récemment constaté dans un rapport du 15 avril 2014 que l'obligation d'achat au bénéfice des opérateurs éoliens a conduit à d'importantes surcompensations et ce depuis 2001.

Il serait contraire à l'intérêt général et à celui des finances publiques que les surcompensations constatées ne soient pas corrigées précisément à l'occasion du nouvel arrêté tarifaire annoncé.

La Commission européenne a adopté le 9 avril 2014 de nouvelles lignes directives concernant les aides d'état aux énergies renouvelables. Ces nouvelles lignes directrices prévoient plus de transparence et facilitent la correction des surcompensations. Un nouveau décret ne peut les ignorer.

L'Association en appelle au courage et à l'indépendance défendus par la Ministre pour ne pas céder aux lobbies en reconduisant les erreurs du passé.

Rapport CRE, la structure des tarifs d'obligation d'achat doit être revue afin d'éviter la rentabilité excessive des installations bénéficiant des meilleures conditions de vent.

L'Union Européenne cherche à définir une nouvelle politique de l'énergie.(1/7/2014)

Parmi les principaux éléments du cadre proposé pour 2030 figurent:
Un objectif de 40 % de réduction des émissions de gaz a effet de serre par rapport aux niveaux de 1990, à atteindre uniquement au moyen de mesures nationales (sans recourir aux credits internationaux);
Un objectif d'au moins 27 % d'énergies renouvelables dans la consommation énergétique, que les Etats membres seraient libres de transposer en objectifs nationaux( l'objectif d'énergie renouvelable devient modulable par pays !);
L'efficacité énergétique comme un élément essentiel du cadre: une révision de la directive sur l'efficacité énergétique sera menée dans le courant de l'annee 2014.

La décision définitive devrait être adoptée en octobre 2014, voir les propositions détaillées de la commission (en anglais)

UE : les aides d’État dans les domaines de l'énergie et de l'environnement.

Lignes directrices concernant les aides d’État à la protection de l’environnement et à l’énergie pour la période 2014-2020– (1/7/2014)

Des synthèses en français :

Union Européenne et Energies Renouvelables : Les nouvelles règles N° 40 - Géopolitique de l’Electricité – avril 2014

La Commission européenne publie de nouvelles règles sur les aides d'État à la protection de l'environnement et à l'énergie Europaforum.lu

La consultation publique de fin 2013.

La réponse de Vent de Colère à cette consultation.


Aprés la loi Brottes .(24/7/2013)


La loi Brottes définitivement adoptée introduit des modifications majeures à la législation en vigueur sur les éoliennes:

- suppression des ZDE, en conséquence l'installation d'éoliennes dans une commune ne doit plus obligatoirement être approuvée par le conseil municipal,
- suppression du minimum d'éoliennes par site, avec le risque de mitage du territoire,
- possibilité d'installer des éoliennes dans des communes exclues par le schéma régional éolien, si le préfet le justifie !!!
- les critères de préservation des paysages et de limitation de la covisibilité ne sont plus inscrits dans la loi,
- la déclaration ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement) prend le dessus sur le permis de construire.
Code de l'énergie art. 314-1, 314-1-1 et 314-10

Ensemble des débats à l'assemblée

La réaction d'André Chassaigne, député de l'Allier, est tout à fait pertinente : une faute contre la démocratie locale.

De plus la plupart des verrous à la banalisation et l'industrialisation des espaces naturels sont supprimés, des dizaines d'années de travail législatif sont balayées:

- la procédure d'autorisation des éoliennes et l'enquête publique mettent l'accent sur le risque industriel (ICPE), la procédure de gestion de l'espace (le permis de construire) devient secondaire.
- la cohérence paysagère n'est plus un critère d'acceptation des projets, la notion de mitage disparait, le suivi du schéma éolien régional est facultatif.
- après la décision du Conseil d'Etat de considérer les éoliennes comme des équipements collectifs participant au service public de l'électricité, leur implantation dans les zones N et A de la plupart des PLU devient possible sans modifications, de même dans toutes les communes ou les constructions nouvelles sont soumises à la loi montagne.

Pour les promoteurs, les éoliennes cumulent désormais tous les avantages, revenus subventionnés, dérégulation presque totale des implantations.